De nombreuses entités interviennent sur le marché du financement des entreprises.

Chacune ont leurs spécificités.

Nous attirons votre attention sur 8 points-clés pour une levée de fonds réussie.

Les sources de financement

Les banques

Bien entendu, les plus connues d’entre elles sont les banques, souvent décriées, fréquemment à tort. N’oublions pas que la banque n’a pas vocation à prendre des risques…Elle prête l’argent déposé par ses propres clients. En conséquence, son prêt anticipe une rentrée d’argent future, prévue et prévisible. Le taux d’intérêt que la banque perçoit rémunère essentiellement le temps qui s’écoule entre le déblocage des fonds et les différents remboursements.

Les fonds d’investissement

Il en est différemment des fonds d’investissement qui jouent un rôle d’actionnaire aux côtés des associés de la société bénéficiaire des fonds. Et c’est bien aux actionnaires que revient le « privilège » de prendre les risques. Les stratégies d’entreprises s’apparentent parfois à des paris, dont on connait plus ou moins les zones de risques et d’incertitudes. Cela étant, à risque d’actionnaire, rémunération d’actionnaire, et les fonds ne se contenteront pas de quelques pourcentages de taux d’intérêt…C’est normal.
Le fonds que vous invitez à votre capital a besoin d’être séduit, et pas seulement par le discours sur la stratégie de l’entreprise. Il va envisager également plusieurs points clefs d’attention dans l’analyse du « fameux BéPé ».

Les points d’attention

Ce sont ses points d’attention, que nous avons souhaité soulever dans cet article.
1. Mon offre produits /services a-t-elle de la valeur pour le client ?
2. Le développement de l’entreprise génère-t-il de la valeur pour l’actionnaire ?
3. Le (la) dirigeant(e) actuel(le) sera-t-il-(elle) à la hauteur des ambitions (et des difficultés) qu’il(elle) annonce ?
4. Le processus de captation des clients est-il efficient ?
5. Le business plan est-il cohérent avec le modèle économique de l’entreprise ?
6. Le plan d’action stratégique est-il cohérent avec le BP ?
7. La valorisation de la société est-elle juste pour les actionnaires historiques et le nouvel entrant ?
8. Comment la liquidité des actions du fonds d’investissement est-elle assurée à terme ?

Mon offre produits /services a-t-elle de la valeur pour le client ?

Le produit ou le service que je propose rencontre-t-il son marché ? Pourquoi les clients l’achètent-ils ? Parce qu’il est moins cher ? Plus beau ? à la mode ? Il permet à mon client de faire des économies ? etc…Si mon produit ou mon service est différencié de la concurrence, je dispose d’une offre -presque- unique. Quelle est la valeur perçue par le client ? C’est la valeur que va donner le client aux produits ou services de l’entreprise par rapport à la valeur perçue moyenne des produits ou services des concurrents.

Le développement de l’entreprise génère-t-il de la valeur pour l’actionnaire ?

Après distribution de dividendes conforme aux attentes de rendement du capital investi, la société dispose-t-elle encore de bénéfices à mettre en réserve ? Si c’est bien le cas, ces réserves amélioreront la valeur d’entreprise et donc la valeur des titres détenus par les actionnaires.

Le (la) dirigeant(e) actuel(le) sera-t-il-elle à la hauteur des ambitions (et des difficultés) qu’il(elle) annonce ?

L’investisseur s’attarde sur le profil des dirigeants, sur leurs compétences, leurs qualités managériales. Il examine également l’adéquation entre les motivations, les ambitions et le profil du dirigeant. Il souhaite se faire une idée sur sa capacité de résistance au stress.

Le processus de captation des clients est-il efficient ?

Evidemment, ce point est clef pour la montée en puissance du chiffre d’affaires. Transformer les prospects en clients requiert une technicité et un savoir-faire très souvent spécifique à votre environnement. Dois-je embaucher des commerciaux ? des commerciaux jeunes ou confirmés ? Comment maîtriser mon taux de transformation ? Autant de questions auxquelles le dirigeant devra apporter les réponses précises auprès de ces investisseurs potentiels.

Le business plan est-il cohérent avec le modèle économique de l’entreprise ?

Le prévisionnel concocté doit reprendre les points principaux du modèle économique. Chaque euro de chiffre d’affaires a besoin d’être justifié par la nature du produit ou du service vendu, par la qualité du client. Il est nécessaire de comprendre la récurrence -ou non- du chiffre d’affaires, des niveaux de marge. En résumé, il convient de descendre à un niveau de granularité bas avant de « remonter » au stade des ventes agrégées annuelles.

Le plan d’action stratégique est-il cohérent avec le BP ?

Mon business plan prévoit une monté en puissance du chiffre d’affaires forte, régulière et durable. En conséquence, cette perspective requiert un plan d’action stratégique fort, susceptible d’ouvrir des marchés et de générer des relais de croissance.

La valorisation de la société est-elle juste pour les actionnaires historiques et le nouvel entrant ?

Attirer de nouveaux investisseurs pose le problème de la dilution des actionnaires historiques. L’exercice est délicat, en particulier pour les dirigeants actionnaires qui doivent être en mesure de garder le contrôle de la société. De nombreuses techniques existent pour éviter cette dilution.

Comment la liquidité des actions du fonds d’investissement est-elle assurée à terme ?

C’est un point crucial pour les fonds d’investissement dont les perspectives se situent à terme de 5 à 7 ans. La sortie du fonds doit être anticipée dès son entrée au capital : Mode de calcul de la valorisation, conditions de sortie, sortie conjointe avec les autres actionnaires, l’ensemble de ces points sera inscrit dans le pacte d’associé.

En conclusion, le processus de levée de fonds n’est pas un long fleuve tranquille. Et quand vous aurez réussi votre ouverture de capital, le plus dur restera à faire : Gagner les nouveaux clients, maîtriser le rythme de croissance, assurer les choix techniques et commerciaux, recruter sans trop se tromper, manager les équipes, partager l’information avec les investisseurs, etc etc….
Le quotidien du chef d’entreprise en somme  ! 

Alex Sauvage