fusions acquisitions

« Je souhaite renforcer les équipes d’Arcéane afin d’apporter une réponse régionale, nationale et internationale aux projets de nos clients dirigeants-actionnaires et PME familiales »

Stéphane Aubin, nouveau Président d’Arcéane, spécialiste des fusions-acquisitions

Consultant depuis 2009 et associé depuis 2017, Stéphane Aubin succède à Hubert de Candé à la présidence d’Arcéane, société de conseil indépendante spécialisée dans les opérations de fusions-acquisitions, de levée de fonds et d’ingénierie financière, dédiée aux PME (small caps). Un mandat de trois ans qu’il souhaite mettre au profit de l’essor national et international du cabinet. Entretien.

 

Quel est votre projet pour le cabinet de conseil en fusions-acquisitions Arcéane pour les années à venir ?

« J’ai créé le bureau parisien d’Arcéane en 2009, après une petite dizaine d’années en fusions-acquisitions au sein d’un groupe industriel. En février 2017, nous avons racheté le cabinet à son fondateur et sommes dorénavant sept associés sur le territoire national. Nous collaborons avec sept autres consultants sur l’ensemble de l’hexagone, dont la vocation est de devenir associés à leur tour. Mon objectif est d’étoffer l’équipe pour parvenir à 25 consultants d’ici 2025. Notre ambition est de renforcer l’approche multisectorielle, au niveau régional, national et international, tout en restant toujours au plus proche de nos clients. Et cela peut se faire en visant la parité. A titre d’exemple, nous sommes une équipe de six consultants en Ile-de-France, trois femmes et trois hommes. Nous allons aussi fédérer les compétences, les réseaux de nos clients au sein d’un Club d’Ambassadeurs, pour faire bénéficier leurs pairs de leurs expériences de transmission. Enfin, je souhaite orienter le futur d’Arcéane sur une trajectoire qui prend en compte les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance dans la valorisation des entreprises que nous accompagnons. »

 

Comment allez-vous renforcer votre présence nationale ?

« Nous sommes déjà présents à Paris, Lille, Bordeaux, Lyon et Rennes. La priorité est de renforcer nos équipes locales déjà implantées pour qu’elles atteignent toutes au minimum trois consultants. De façon pragmatique nous pouvons aussi ouvrir de nouveaux points de présence là où c’est nécessaire et faisable. Pour autant, nous restons intransigeants sur la qualité de notre méthode. Chaque client est accompagné par au moins deux consultants seniors, qui ont déjà vécu, pour la très grande majorité d’entre nous, une expérience de dirigeant d’entreprise. Il est fondamental dans notre approche qu’il y ait toujours quelqu’un de disponible pour notre client. Ce travail en binôme permet aussi de partager les bonnes pratiques, de développer des savoir-faire, et d’enrichir notre intelligence collective. »

 

Quelles sont vos velléités de représentation internationale ?

« Nous venons de fêter notre première année d’adhésion au groupement international GCG, Geneva Capital Group. Un réseau international de cabinets indépendants présent dans plus de 60 pays. Nous en sommes les représentants exclusifs pour la France. Par cette adhésion, nous offrons à nos clients de nouvelles opportunités de trouver un acquéreur étranger. La France reste une destination d’investissements recherchée par les acteurs internationaux. Le Brexit va accentuer ce rôle de la France. Beaucoup de ces acteurs, dont les Nord-Américains, prenaient pied en Europe via le Royaume-Uni. Ils vont sûrement reconsidérer ce choix en raison des barrières douanières avec l’Europe. Cela nous ouvre très clairement de nouvelles perspectives. »

 

Quels sont les types d’intervention d’Arcéane ?

« Notre cœur de métier, les opérations fusions-acquisitions.

Nous accompagnons les dirigeants d’entreprises dans la transmission, la croissance externe, la primo-accession et la levée de fonds. Nous sommes des généralistes qui nous intéressons à beaucoup de secteurs d’activités : industrie, service, distribution… Dans des métiers aussi variés que ceux de l’agroalimentaire, la cosmétique, les technologies de l’information, le transport, pour n’en citer que quelques-uns… et sur des tailles d’entreprises allant de 1 ou 2 M€ à plus de 20 M€ de chiffre d’affaires. En ce qui concerne l’âge du dirigeant, Il y a ceux qui transmettent pour partir en retraite, certes, mais il y a aussi ceux, de 40 ou 50 ans qui cherchent à reprendre une première, puis une deuxième ou une troisième entreprise. Nous accordons une extrême importance à la compréhension du business model et des savoir-faire de nos clients afin de bien identifier et séduire les contreparties idéales qui sauront les valoriser. En tant que conseil du cédant, c’est ainsi que nous apportons de la valeur ajoutée à son projet afin d’optimiser et de réussir la meilleure transmission possible, dans les meilleures conditions et qu’il en tire le meilleur prix. »

 

Quelle est la valeur ajoutée d’Arcéane ?

« 80 % de nos consultants sont d’anciens chefs d’entreprise. Cette donnée est essentielle car nous pouvons nous identifier aux cédants ou repreneurs, ce qui valorise notre conseil pour nos clients. Notre métier s’appuie sur plusieurs techniques : analyse stratégique, analyse financière, valorisation des entreprises, techniques de négociation… Mais c’est avant tout l’accompagnement de A à Z du process et sa maîtrise chronologique qui nous distingue. Par ailleurs, nous faisons beaucoup appel aux sciences humaines et entretenons nos rapports avec nos interlocuteurs grâce à un goût prononcé pour la psychologie. En effet, lorsqu’il fait valoir ses droits à la retraite, un cédant qui a souhaité transmettre va souvent écrire le dernier chapitre de sa vie professionnelle. C’est aussi structurant pour lui que le début de la vie active, lorsqu’il signe son premier contrat de travail. Si un jeune est entouré de ses parents lors de ce passage, le cédant senior se retrouve souvent seul. Rares sont les personnes autour de lui qui ont la compréhension de ce qu’il ressent. Les consultants seniors d’Arcéane lui apportent ainsi une dimension de conseil et d’écoute qui est primordiale. »